Comment désarmer un pervers narcissique ? Commence par arrêter de faire ces 9 erreurs !

choses à ne pas faire avec un pervers narcissique
Pour virer le PN faut être plus malin que lui

OK, je suis dans une relation avec un pervers narcissique. J’ai pas de chance, mais pas de panique, je vais arranger ça.

Et comme il me reste encore un peu de logique j’ai compris que je ne pouvais pas me comporter comme si j’étais dans une relation « normale ».

Flèche Rouge Se Dirigeant Vers Le Bas Illustration Stock ...
Le PN étant lui-même un être dégoûtant, tout à fait étrange et anormal.
Mort, Horreur, Monstre, Halloween, Effrayant, Peur
PN

Qu’est-ce que je dois faire ?

Juste ça: suivre ces commandements incontournables pour affaiblir mon PN (le monstre, donc) et me sortir de sa fichue emprise. Parce que, soyons sérieux, qui voudrait rester sous la dépendance d’un vampire-tueur- suceur-d’émotions ?

Voici donc les 9 commandements dans l’ordre d’importance dans le désordre car ils sont tous hyper importants:

Je ne me confierai plus jamais au MPN!

Comme je suis malin(e) et que j’ai un peu analysé, je me suis rendu compte que le MPN se sert de tout ce que je lui confie pour le retourner contre moi. La première chose à faire est donc de lui en dire le moins possible. Voire, rien du tout.

Surtout, je ne lui ferai plus jamais part de mes états d’âme ni de mes problèmes professionnels et personnels. La météo OK, le programme télé, à la rigueur. Tout le reste c’est NON et NON !

Faire des confidences au MPN revient à lui ouvrir grand mon coffre-fort émotionnel, pour le dire joliment. Le PN analyse les événements que je vis, il en extrait mes points faibles et les utilise pour m’attaquer. Et pour ça, admettons-le, il est très fort ! Mes confidences sont la « matière première » de son projet de destruction. Et ce qu’il y a à détruire…c’est moi. Ca fait quand même un peu froid dans le dos.

Il analyse ce qui me touche, me rend triste, vulnérable ou en colère, m’effraie. Et il utilisera tout ça pour me faire souffrir tôt ou tard en me renvoyant tout ce joli paquet dans la figure.

Et ceci ne se produit pas qu’une seule fois, ce qui peut arriver dans toutes les relations, mais continuellement.

Par exemple, je vis un conflit avec quelqu’un et j’avoue au PN que cette personne m’a dit que j’étais susceptible. Cette situation me fait souffrir et je me sens offensé. Le PN m’écoute attentivement, prend un air compatissant et s’offusque avec moi. Pourtant, plus tard, lors d’une dispute avec lui ou sans raison, il me dit : tu vois, cette personne avait totalement raison, tu es vraiment susceptible. Touché…

Donc moins j’en dirai au PN et moins je lui offrirai les clés pour m’atteindre.

Je ne montrerai plus mes émotions au pervers narcissique

Montrer mes émotions à un PN ça revient nourrir le monstre. Le PN se délecte de me voir en prise avec des émotions négatives. C’est même son unique but à ce mufle. Trouver une proie et la voir se dégrader psychologiquement jour après jour par sa faute, ça lui donne des frissons de plaisir !

Tant que je le le nourrirai il trouvera un intérêt à rester près de moi, il n’arrêtera pas son entreprise de destruction. Il faut donc que j’apprenne à cacher mes émotions à ce vampire émotionnel.

Mais attention au piège ! Je ne dois pas non plus les refouler. Cela serait solution catastrophique pour mon équilibre émotionnel déjà bien malmené.

Je dois jouer l’indifférence. Mais je prendrai la peine de revenir plus tard, une fois seul(e), sur les émotions que j’ai vécues afin de pouvoir les ressentir et les extérioriser, quitte à ressembler à un(e) fou/folle hystérique à ce moment-là. Mais je suis seul(e), je m’en fiche.

Je ne croirai plus ce que le PN dit de moi

Comme le but du PN est de me détruire, il fait tout pour m’affaiblir psychologiquement, il veut me rendre fou/folle et anéantir l’estime que j’ai de moi-même. Ce pervers joue avec mes points faibles et petit à petit il ancre dans ma tête des croyances négatives pour que je me sente dévalorisé(e).

A force de me rabaisser, au début avec beaucoup de subtilités et beaucoup moins par la suite, il réussit à me faire croire que je ne suis bon(ne) à rien et incapable de vivre sans lui.

La chose à ne plus faire avec un pervers narcissique est de l’écouter et de le croire ! Tout le monde à des faiblesses mais aussi des forces. Tout ce qu’il me dit il l’aurait dit à n’importe qui d’autre, et finalement c’est lui qui fait que je me sens affaibli(e) !

Je n’entrerai plus dans le jeu du manipulateur

La violence, qu’elle soit physique ou verbale, est le reflet d’une émotion négative et nourrit donc le PN.

Plus je réagirai violemment à ses attaques, plus il continuera à m’attaquer. Il essaie de me rendre comme lui, pour pouvoir me lâcher ensuite en pleine face : « Tu vois comme tu es ! » Il me pousse à la faute pour mieux m’accuser, me voir perdre pied et renier mes propres valeurs.

Je prends sur moi au maximum pour ne pas lui faire ce plaisir ! Self-contrôle est mon maître mot… même si à l’intérieur ça bouillonne !

Je n’oublierai jamais son VRAI visage de pervers

Le PN peut me montrer plusieurs visages. Malheureusement le vrai est celui du vampire-tueur- suceur-d’émotions. C’est cela qu’il est réellement, les autres traits de personnalité qu’il me montre ne sont que des masques et des rôles de composition. Le meilleur acteur d’Hollywood, je le connais.

Je n’oublierai jamais ça et je ne croirai plus à la sincérité de ses excuses et à ses airs de pauvre innocent. Je sais qu’il me ment pour me manipuler ! Je n’aurai aucune pitié pour lui ! Je ne lui laisserai rien passer. Et même si je n’exprime plus ma colère, je la garderai pour plus tard, elle me sera d’une aide précieuse.

Je décide de consigner par écrit toutes ses crasses. J’écris tout le mal qu’il me fait. Je suis face à un monstre et je ne l’oublie pas. Je ne repense pas à nos premiers rendez-vous et à son côté charmant et gentil. Tout ça ce n’était que du vent !!!

Je ne chercherai pas à sauver ou à changer le pervers narcissique

Un PN ne changera jamais. Cela ne mérite pas plus d’explication. Ce n’est pas une maladie que l’on peut soigner mais c’est dans sa construction psychique.

Même si c’est très difficile, je dois perdre tout espoir à ce sujet, sinon je vais perdre mon temps, m’épuiser et aller de désillusions en désillusions.

Le pervers narcissique ne veut pas et ne peut pas changer !

Je ne m’isolerai pas

Je ne céderai pas à la tentation de suivre le manipulateur pervers, qui parfois sait se montrer charmant, dans toutes ses décisions qui pourraient m’isoler : arrêter de travailler, déménager, etc.

Dans les moments ou la manipulateur se montre agréable je suis tellement soulagé que je veux y croire et que j’ai tendance à tout accepter pour sauvegarder ce bonheur éphémère. Je n’oublierai pas que son seul but à ce moment-là est de m’éloigner des personnes qui me sont proches. Celles qui pourraient m’ouvrir les yeux sur la toxicité de ma relation et me soutenir.

Je n’oublierai pas également qu’il cherche ainsi à me rendre encore plus dépendant(e) de lui, financièrement par exemple.

Par ailleurs, puisque je côtoie un PN je me sens déprimée et je n’ai plus envie d’aller vers les autres. Je me suis déjà éloigné(e) de mes amis, des gens qui ont pu me dire que ma relation n’était pas normale mais je ne me sentais tout simplement pas prêt(e) à les écouter. Ou tout simplement je n’avais pas le cœur à voir mes amis. J’avais aussi peur de ses réactions jalouses si je passais du temps avec d’autres personnes que lui.

Je m’efforce donc de maintenir un minimum de liens en dehors de ma relation avec le monstre. J’aurai besoin de tierces personnes pour m’en sortir et garder la tête hors de l’eau.

Je ne m’excuserai plus et je ne me justifierai plus face au MPN

Je sais que discuter avec le PN ne sert à rien.

Je sais qu’à force de me dévaloriser il m’a fait perdre toute estime de moi et que je ne sais plus m’affirmer face à lui.

Je sais que si je m’excuse il saura qu’il a pris le dessus, alors qu’au fond ce sont ses réactions à lui qui sont infondées et que je n’ai pas à me justifier.

Je décide donc d‘arrêter de croire que j’ai tort et que c’est à moi de présenter des excuses. Je le laisse exprimer ses opinions négatives sur mes actes sans m’en préoccuper. Si quelque chose ne lui plaît pas c’est SON problème. Je connais ma valeur et je n’ai absolument rien à prouver à ce monstrueux personnage.

Je préfère avoir la paix qu’avoir raison !

Je ne croirai pas tout ce que le pervers manipulateur dit de lui

Je sais que le PN veut se montrer supérieur et que pour ça il doit prouver qu’il a raison.

Je sais qu’il souffre d’une énorme blessure narcissique et que pour se valoriser son image doit être impeccable.

Pour cela il ne supporte pas d’être contredit et fait preuve d’une assurance surdimensionnée qui s’avère être fictive. En fait, au fond de lui, il sait que c’est un gros naze.

Donc, tous ses prétendus exploits, je n’y crois plus et je ne suis plus en admiration devant lui.

Me voilà maintenant paré(e) pour côtoyer mon PN sans le laisser avoir trop de pouvoir sur moi. Mais cette situation usante et dangereuse pour ma santé et ma vie devra être réglée rapidement !

Le seul moyen sera donc de le(la) quitter définitivement !

Prenez soin de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *