7 attaques du pervers narcissique décodées

Victime de gaslighting

Le gaslighting,  ou détournement cognitif, est une forme de manipulation mentale dans laquelle l’information est totalement déformée par le pervers narcissique. Pour cela il a recours au mensonge, au déni et déforme la réalité. Finalement le victime en vient à douter de sa mémoire, de sa perception des événements et de sa santé mentale.

2 objectifs pour le manipulateur:

  • Tirer profit de l’anxiété et de la confusion générées,
  • Se soustraire à l’obligation de rendre des comptes sur son comportement.

Cet abus mental a, sur le long terme, des conséquences dévastatrices sur sa victime.

Voici les phrases les plus couramment utilisées par les PN pour saper votre perception de la réalité.

Tu es fou, tu devrais te faire soigner

Traduction:  Tu as compris qui j’étais derrière mon masque et tu veux me faire assumer mon comportement. Je préfère que tu remettes en question ta santé mentale et que tu crois que le problème vient de toi. Tant que tu penseras que c’est toi qui a besoin d’aide, je n’aurai pas à assumer mes fautes.

Le manipulateur pervers narcissique cherche à saper la crédibilité de sa victime. Il veut la faire passer pour folle ou dérangée mentalement, parfois même aux yeux de son entourage. Cela sera d’autant plus facile que la victime, à bout de nerfs, pourra avoir recours à des réactions jugées excessives : crise de nerfs, auto-mutilation, tentative de suicide, fugue, abus de substances, etc.

Tu es jaloux parce que tu manques de confiance en toi

Traduction: J’aime te faire douter de ton attirance, de tes compétences. Le problème, je vais t’en convaincre, n’est pas mon comportement infidèle. Le problème c’est ton incapacité à avoir confiance en toi…Alors même que je te rabaisse sans arrêt, te compare aux autres et te laisse de côté quand j’ai trouvé mieux.

Le PN fabrique des relations triangulaires (ou triangulation), notamment dans le domaine amoureux. Il met ses victimes (partenaire légitime et illégitime) en concurrence et profite du spectacle.

Il provoque activement la jalousie chez son partenaire. Ensuite il lui fait remarquer son manque de confiance en lui lorsqu’il réagit enfin.

En effet, lorsqu’une victime dénonce l’infidélité d’un pervers narcissique, ce dernier l’accuse souvent de vouloir le contrôler. Il met également en avant sa soi-disant jalousie excessive. Tout ceci pour éviter les soupçons et continuer à récolter les fruits de multiples sources d’attention.

Rappelez-vous: pour quelqu’un qui a quelque chose à cacher, tout ressemble à un interrogatoire.
Cette façon de faire, qui lui confère du pouvoir sur ses victimes, a pour but de les faire souffrir et de détruire leur estime tout en détournant la haine vers le concurrent et non vers le manipulateur.

Je n’ai jamais dit ou fait cela, tu imagines des choses

Traduction: T’interroger sur ce que j’ai fait ou dit, me permet de mettre en doute tes perceptions et tes souvenirs. Si je te laisse croire que tu imagines des choses, tu vas commencer à te demander si tu deviens fou et douter de tes capacités mentales.

Les victimes de gaslighting luttent contre la dissonance cognitive. Celle-ci se produit lorsque le manipulateur leur dit qu’il n’a jamais fait ou dit quelque chose.

Comme un doute raisonnable influence un jury, l’allusion que quelque chose ne s’est pas passé peut être assez puissant pour annuler les perceptions de quelqu’un. Des chercheurs ont prouvé que lorsque les mensonges se répètent, ils sont susceptibles d’être pris pour réels. C’est pourquoi le déni continu et le détournement de la réalité sont si efficaces pour convaincre les victimes qu’elles imaginent effectivement des choses ou souffrent de perte de mémoire.

C’était juste une blague, tu n’as pas d’humour !

Traduction: Je dissimule mes critiques en utilisant « l’humour ». J’aime te rabaisser avec le sourire et d’un ton moqueur et ensuite te dire que te ne sais pas apprécier mon «esprit».

Déguiser ses attaques en blagues est très différents des taquineries courantes que l’on retrouve dans une relation de confiance. Ici le pervers narcissique dissimule à peine l’esprit malveillant de sa remarque. Toutefois le ton humoristique lui permet d’accuser la victime vexée de ne pas apprécier ses plaisanteries.

Elle finit alors par être persuadée de son incapacité à apprécier «l’humour» derrière sa cruauté.

Ce genre de « plaisanteries » sert également à tester les limites très tôt dans une relation abusive.

Tu es trop sensible

Traduction: Ce n’est pas toi qui es trop sensible, mais moi qui ne le suis pas du tout. Je ne me soucie pas de tes émotions, à moins qu’elles ne me servent d’une manière ou d’une autre. Tes réactions négatives me stimulent et me rendent plus fort, alors continue. J’aime te rabaisser quand tu as des réactions légitimes face à mes abus.

Le gaslighting a pour effet de vous faire vous demander si vous êtes trop sensible. Affirmer que les victimes ont une réaction exagérée ou une sensibilité excessive à la violence psychologique est un moyen répandu pour les manipulateurs pervers narcissiques de minimiser la gravité de la violence que subit la victime.

Quel que soit le niveau de sensibilité de chacun, l’impact des violences psychologiques ne doit pas être pris à la légère. Un partenaire sain vous donnerait l’espace nécessaire pour ressentir vos émotions et les valider même s’il n’est pas d’accord avec vous. Un PN se concentre uniquement sur votre soi-disant sensibilité et affirme que vous réagissez de manière excessive plutôt que d’assumer ses horribles actes.

Laisse tomber, c’est fini ça. Pourquoi tu reviens là-dessus ?

Traduction: Oublie le passé et toutes les choses horribles que je t’ai faites. Comme ça je peux continuer à te détruire sans en assumer les conséquences. Laisse-moi te convaincre que les choses seront différentes cette fois-ci. N’évoque plus mes habitudes passées car tu pourrais alors te rendre compte qu’il s’agit d’un cycle qui se poursuivra.

Dans le cycle de la violence psychologique, le pervers manipulateur jette quelques miettes d’affection pour vous garder accrochée et vous redonner espoir. C’est une technique de manipulation connue sous le nom de renforcement intermittent.

Le PN vous terrorise, vous rabaisse, puis le lendemain il agit comme si rien ne s’était passé. Lorsque vous le lui rappelez il vous dira de «laisser tomber» pour pouvoir maintenir le cycle et se montrera tendre avec vous. C’est l’ascenseur émotionnel, le chaud/froid, qui permet de maintenir le lien.

Tu es le problème, pas moi.

Traduction: Je suis le problème ici, mais je suis incapable de l’assumer. Je préfère que tu te sentes responsable de tout ce qui dysfonctionne. Tandis que tu t’épuises à essayer de corriger ton comportement pour l’adapter à mes attentes, je peux simplement m’asseoir, me détendre et continuer à te maltraiter.

Le pervers narcissique rejette sur son partenaire tout ce qu’il ne supporte pas chez lui. Comme il est incapable d’accepter ses propres défauts et son côté noir, il l’attribue l’autre. Ainsi, tout ce qui ne fonctionne pas comme il le souhaite est systématiquement de la faute de l’autre.

C’est une façon pour eux de convaincre leurs victimes qu’elles sont responsables . Le PN n’a jamais tort. Il blâme automatiquement les autres quand quelque chose ne va pas. La force des accusations et des récriminations du manipulateur pervers est stupéfiante et désorientante.

Conclusion

Face à un pervers narcissique, inutile d’essayer de discuter. N’essayez pas d’argumenter, de vous justifier. Partagez le moins possible et ne prenez jamais pour argent comptant ce qu’il vous dit. Amusez-vous: observez simplement de quelle façon il s’adresse à vous. Reconnaissez ses tentatives pour vous blesser mais ignorez-les. La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe ! Car n’oubliez pas qu’il est malade et que son seul objectif est de vous détruire.

Prenez soin de vous.

2 réflexions au sujet de « 7 attaques du pervers narcissique décodées »

  1. excellente analyse à laquelle pourrait être rajouté la part des approches émotionnelles respectives qui n’ont pourtant pas de sens si il n’y a pas de volonté de partage, ni de communication, puisque impossibilité pour un M.P.N. de pouvoir accepter la confrontation à l’autre, et de plus surtout à soi-même.

  2. excellente analyse à laquelle pourrait être rajouté la part des approches émotionnelles respectives qui n’ont pourtant pas de sens si il n’y a pas de volonté de partage, ni de communication, puisque impossibilité pour un M.P.N. de pouvoir accepter la confrontation à l’autre, et de plus surtout à soi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *