Pourquoi le pervers narcissique ne vous laissera pas partir alors qu’il semble vous haïr

Enchaîné à un manipulateur pervers narcissique

Si vous êtes en couple avec un pervers narcissique, vous devez connaître ce paradoxe. En effet, d’un côté il vous méprise et déverse continuellement sur vous un flot de haine. On dirait qu’il fait tout pour vous pousser à partir. Pourtant, d’un autre côté, lorsque vous lui parlez de séparation, il veut vous retenir et refuse la rupture.

Pourquoi le manipulateur agit-il ainsi ?

D’où vient cette haine ?

Pourquoi veut-il que vous restiez à ses côté alors que votre simple présence lui semble intolérable?

La haine du pervers narcissique envers vous

Si vous partagez la vie d’un PN, vous savez ce que ça fait d’être la cible d’une haine profonde. C’est ce qui se produit dès qu’il tombe le masque de la séduction. Il vous déteste et vous le fait savoir sans aucune ambiguïté. Vous n’avez pourtant rien fait pour mériter un tel déferlement d’injures, de reproches et de mépris. Inutile de vous remettre en question ! Car même s’il vous fait sentir avec force et insistance que vous êtes une personne indigne d’intérêt et plus que méprisable, vous n’y êtes pour rien. Il aurait agi de la même façon avec tout autre personne ayant croisé sa route.

Regards remplis d’hostilité et de colère, gestes d’énervement répétés. C’est comme s’il vous haïssait jusqu’au plus profond de votre âme. Comme s’il pouvait à peine supporter de rester dans la même pièce que vous… Et il vous l’a probablement dit en vous noyant dans un flot de paroles jusqu’à vous épuiser totalement. Vous vivez un véritable harcèlement moral.

Vous en venez même à vous excuser d’exister.

Être la cible de la haine d’un pervers narcissique est une expérience extrêmement pénible à vivre dont on se relève rarement indemne. Aux rares périodes d’accalmie succèdent de nouveaux épisodes cauchemardesques. Tomber à n’en plus finir. La voie paraît sans issue.

L’ironie, c’est qu’au moment où les choses semblent être vraiment terminées et que vous avez réussi à prendre la décision de le quitter, le manipulateur redevient gentil, voire même affectueux. C’est tellement déroutant !

Pourquoi le manipulateur pervers n’accepte-t-il pas de vous laisser partir malgré la haine qu’il ressent pour vous ?

Vous êtes la poubelle psychique du pervers narcissique

La première raison pour laquelle le PN ne vous laissera pas partir est que sa survie mentale dépend de vous. La haine qu’il a exprimée à votre égard est en réalité la haine qu’il ressent pour lui-même.

Contrairement à ce qu’il laisse paraître, la « faille narcissique » du pervers est béante et son estime de soi est si défaillante qu’il ne ressent que du dégoût et du mépris pour sa personne. Ces sentiments engendrent chez lui une souffrance insupportable.

Alors, pour se protéger, le MPN utilise un mécanisme de défense appelé la projection. Il expulse (certains diraient il vomit) toute la haine qu’il a de lui-même sur son partenaire-victime. Ses défauts deviennent VOS défauts. C’est pour cela que vous ne vous reconnaissez pas dans ses accusations. Il vous attribue des défauts qui ne sont pas les vôtres, mais les siens. Par exemple, je parie que vous avez dû entendre à de nombreuses reprises qu’il était impossible de communiquer avec vous… A ses yeux, vous, et vous seul, êtes responsable de tout ce qui ne va pas. Sans vous, il n’a plus personne à blâmer pour ses propres failles. Cela lui est intolérable, au delà de ce qu’il est capable de supporter.

Tout cela semble délirant ?

Eh bien oui, ça l’est ! Le pervers narcissique flirte avec les frontières de la folie. Vous êtes sa béquille psychique. Sans vous (ou une autre proie) il risque de sombrer dans la psychose.

Regonfler l’égo du pervers narcissique

En étant la poubelle psychique du PN vous lui avez permis de se « purifier » et de rétablir pour quelques temps une bonne image de lui-même.

Il est fort probable qu’en plus vous soyez une personne agréable, séduisante, cultivée, avec un travail intéressant ou un cercle social fourni, etc. Puisque le PN ne choisit pas ses victimes au hasard.

Bref, autant d’atouts dont le manipulateur peut profiter et qui vont le renarcissiser. En effet, c’est très gratifiant d’être en couple avec un partenaire remplis de qualités et qui a réussi. Un partenaire dont les qualités viennent combler son vide intérieur. Il est fier de vous exhiber et d’étaler vos réussites… en s’en appropriant tout ou partie au passage. De quoi regonfler son égo malade et défaillant. Tout cela jusqu’au moment où il deviendra jaloux de vos réussites et fera tout pour vous conduire à l’échec.

Vous appartenez au pervers narcissique

Je préfère vous préciser tout de suite une chose: le PN n’a pas de sentiments à votre égard, puisque pour lui vous n’êtes qu’un objet utilitaire. Vous êtes sa chose, un objet qui lui appartient. Le doudou d’un enfant gâté qu’il adore détester, sur lequel il peut se livrer à des jeux cruels et sadiques. A ce titre vous n’avez pas à partir. C’est lui qui décide s’il est temps de vous remplacer par une autre personne (objet) ou pas.

En tant que jouet du pervers narcissique, il a besoin de vous contrôler. Par la manipulation, il dirige votre vie et vos affects. Ce n’est pas à vous de choisir si le moment est opportun pour le quitter. Vous n’avez tout bonnement pas le droit de rompre avec lui et de l’abandonner.

Le pervers manipulateur doit terminer son œuvre de destruction

Enfin, rendez-vous compte ! Si vous quittez votre PN, vous risquez de vous en sortir ! D’être heureux et de vivre la vie que vous méritez. Croyez-vous que c’est une éventualité pour le manipulateur pervers?

Pas une seconde il n’envisage une fin heureuse pour vous. Tant qu’il vous reste une once de vitalité, un souffle de vie, il reste quelque chose à détruire. Car une fois qu’il a utilisé sa victime et en a tiré tout ce qu’il pouvait, son but ultime est de l’anéantir totalement, de la conduire à la folie ou au suicide.

Ecraser l’autre pour se sentir fort. Tout contrôler… jusqu’à la fin. Voilà ce qu’il veut.

5 réflexions au sujet de « Pourquoi le pervers narcissique ne vous laissera pas partir alors qu’il semble vous haïr »

  1. J’étais ou je suis (toujours) avec un PN, je ne sais pas trop comment me positionner parce que je ne sais pas si je vais retomber dans « ses filets », car depuis peu (il y a 2 jours), j’ai décidé de « me libérer ». J’ai rencontré cet homme il y a 10 mois, présenté par ma soeur qui pensait le connaitre. Dès le départ, il était très amoureux, voir dès le premier jour j’avais le droit a des « je t’aime », je trouvais ça plutôt mignon mais n’y attachais pas trop d’importance, pensant que c’était juste une manière de dire « je t’aime bien ». Bref, les jours et semaines passent, et je me rend compte de beaucoup d’incohérence, des rendez-vous manqués, à me dire « je suis en chemin j’arrive » puis silence radio jusqu’au lendemain. Excuses bidons pour justifier ces manquements, ses absences, mensonges a répétitions, etc… il me disait être toujours marié mais séparé vivant seul. Jusqu’au jour où il décide de partir en vacance avec ses enfants fin août. Je sais que ce n’est pas une personne débrouillarde, incapable de gérer la logistique de la préparation d’un voyage. Je me doute qu’il part « avec sa femme ». Je l’a contacte et me confirme qu’ils sont bien parti ensemble, le masque tombe. Tous mes doutes se confirme, puis il continue de me manipuler avec ses mensonges, je reste, mais c’est pire qu’avant. Dès que je le quitte, il redevient gentil, puis quand je reste, il devient à nouveau distant, ne répond pas a mes appels.

    Je ne sais pas si il va me rappeler ou si il a changé de « proie », mais j’ai décidé de ne plus lui répondre, et s’il se pointe chez moi comme il a l’habitude de faire lorsque je l’ignore, je tiendrais bon, je le renverrais d’où il vient, je me dois de me tenir sur cette ligne de conduite …

    Affaire à suivre ….

  2. je connais un PN, avec qui je croyais enfin finir ma vie, mais depuis 2 ans que de souffrances, ignorance, insultes, manipulation, mensonge, trahison, la liste est longue, j’ai compris qu’il sortait avec sa voisine qui elle ne se cachait pas pour le dire sur les réseaux sociaux, au début nous avions lier amitié et puis il a tout fait pour rompre entre elle et moi, aujourd’hui j’ai fais le silence radio depuis le 15 juillet, il a repris contact le 20/7 et le 2/8 ou je n’ai pas été très aimable voir distante, j espère être libre a l’avenir j’en est fini avec lui.

  3. J’ai vécu avec un perver narcissique pendant 13 ans. Durant cette période, j’ai passé un DESS de psychologie clinique pour tenter comprendre le décalage entre son point de vue selon lequel j’étais psychotique et ses menaces de me faire interner, et mon regard sur moi-même qui ne me semblait pas si désespéré. J’ai appris à me positionner en thérapeute. Il a été mon psy, le jeu de miroirs a été musclé. Mais j’ai pu le déstabiliser. Pendant ce temps, tous les jours, je sortais discrètement mes affaires les plus nécessaires, cherché un appartement et emmené mes 2 enfants très jeunes au dernier moment. C’était une évasion de prison. En dernier recours, il m’a dit :  » elles vont souffrir et ce sera de ta faute ». Il a tenu parole. 12 ans de procédures ont suivi. Bravo, dira-t-on ! J’ai bien réagi. Mais les dégât sont là. Cependant, mon exemple ne s’arrête pas là. Je suis un véritable aimant à pervers. J’ai rencontré un autre homme que je ne voyais pas assez à mon goût. Échanges de textos enflammés, mots d’amour++, …. pendant 4 ans. Je l’ai aidé financièrement à créer son entreprise, hurlé de douleurs mon incompréhension de ne rien partager d’autre et contre mon ambivalence entre croire ses promesses sans lendemain et ma raison qui me disait qu’il me balade. J’ai découvert qu’il se servait de nos jeux amoureux qui restaient toujours en suspend, pour stimuler ses érections afin de récolter son sperme pour essayer de faire un enfant avec sa compagne dont j’ignorais l’existence. Ensuite, je retrouve l’amour de ma vie depuis le lycée. Enfin un cadeau de la vie ! Symbiose parfaite. Rien ne pourra nous séparer. Attentionné, aux petits soins plus qu’on pourrait l’espérer. Un amour d’homme comme on en a toutes envie. « Il est trop parfait » m’a-t-on dit. Mais c’est tellement bon. Au bout de 3 mois, le soir à mon retour du travail, scène de jalousie à propos du compagnon précédent. Mon amour de 40 ans reçu en première instance comme le plus beau cadeau pour lui aussi, était éclaté comme glace et qualifié de « petit », avec regard dédaigneux de haut en bas de ma personne. Mes tentatives de me défendre semblaient vides de toute substance. Puis « pardons ».Puis autres accusations délirantes tous les 6 puis 3 mois depuis 7 ans. Tous mes faits et gestes,activités,mon attention pour mes enfants,relations ont été mis à bas dans le déni, la contradiction et une violence qui m’affectent et me détruisent. Je suis atterrée par mon rôle de proie à répétition et mon manque de courage de cesser de l’aimer.

  4. Je suis avec un pervers narcissique depuis 17 ans . Il me fait toutes les misères possibles et imaginables il fait le vide autour de moi je ne sors pratiquement plus je ne vois presque plus personne j’ai déjà fait une tentative de suicide j’ai failli divorcer trois fois ou quatre fois et maintenant je n’en peux plus

    1. Christine,
      Tenez bon. Si vous le pouvez, commencez par lui mentir sur ce que vous faites et organisez votre départ en douce. Tentez de mettre toute votre énergie dans votre départ. Car la seule solution est la fuite et l’absence totale de contact avec ce sinistre personnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *